Littérature – Wébert Charles lit Faubert Bolivar

Faubert Bolivar

Faubert Bolivar

La poésie se souviendra sans doute toujours de 2015, l’année de publication chez les éditions Seuil, dans la collection Points, de l’Anthologie de la poésie haïtienne contemporaine sous la direction de James Noël. Pour vous faire découvrir ce livre-événement qui regroupe 73 poètes haïtiens vivants, nous initions la rubrique « Poème audio » sur ce blog. Pour démarrer la série, nous proposons la lecture d’un poème de Faubert Bolivar.

 

Voix : Wébert Charles
Poème : Faubert Bolivar
Musique : L’ombre et la lumière, Grand Corps malade, Calogero [Visionner la vidéo officielle]

 

 

Quand je grandissais, il était interdit aux enfants de jouer avec leurs ombres. L’ombre porte malheur, disait-on. Pourtant, ou pour cette raison, j’étais fasciné par mon ombre, le mot et la chose. Comme tous les enfants, je suppose. Je la contemplais. De tout cela, j’ai retenu que l’ombre n’est pas l’homme. Elle change suivant la lumière qui la reflète. J’ai appris aussi à ne jamais faire de l’ombre aux autres. Je préfère m’occuper de la mienne [propre]. Quel sorcier devrait-on être pour projeter à la fois son ombre et celle d’un autre ! – Faubert Bolivar, Anthologie de la poésie haïtienne contemporaine.

The following two tabs change content below.
Wébert Charles
Éditeur et journaliste culturel, Wébert Charles est né à Port-au-Prince (Haïti). Il a déjà publié trois recueils de poèmes et sa nouvelle "La camionnette rouge" a été distinguée par le Prix du Jeune écrivain de langue française (Muret) en 2013.
Wébert Charles

Derniers articles parWébert Charles (voir tous)

Un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Chérubin JEROME · janvier 5, 2016

    Merci de me faire découvrir ce poème de Faubert Bolivar!
    En le lisant, j’ai vite pensé à  »L’allégorie de la caverne » de Platon.